Berlin, fin de la guerre. Une mère perd son fils de trois ans, Grégor, dans le bombardement de son immeuble. Commence alors pour elle une longue errance qui ne s’arrêtera que lorsqu’elle retrouvera son père. Ce dernier trouve un enfant abandonné du même âge que Grégor, il ne parle pas allemand. Ce n’est pas grave, il sera désormais Grégor, le fils perdu. Pendant son adolescence, il commence à prendre conscience de la vérité qu’on lui a toujours cachée. Sa vie ne sera plus alors qu’une quête pour retrouver ses origines.

Un roman magnifique sur la quête de soi, de son identité, de ses origines. Peut-on être quelqu’un si on ne sait pas d’où l’on vient ?

Publicités